ATTENTION désadaptés à l'effort ou ancien athlèthes.
vous avez une disparité de sensation trompeuse

imaginez la situation suivante. en mettant "en place" les alignements verticalement.
 

voiture genre 2CV
----se trainer-----/---avancer----/plus près de toi mon dieu/
voiture genre cocon des années 2000
----se trainer--------------------------/---avancer-----/plus près de toi mon dieu/
le réseau routier
----pas assez vite------/---correct-----/--trop vite----/scandaleux pour l'entourage (nuisances)
----------------------------------------/INTERDIT SINON PV ET RADARS
 

ce qui était ressentit comme avancer était autorisé en 2CV et plus près de toi mon dieu   qui correspondait à plus que la vitesse maximale autorisée était réellement ressentit comme trop rapide..
Ce n'est plus du tout le cas avec un cocon moderne.
avancer est en effet en phase avec --trop vite----
 

tous les problème de gestion de vitesse (d'effort du moteur) provient d'un écart de dimensionnement entre le véhicule et le contexte: il faut se limiter AVANT de le sentir, d'où stress.

ceci ressemble à la gestion des efforts quand notre état de forme physique est limitatif par rapport à notre constitution: il faut se limiter AVANT de le sentir, d'où surveillance et peu de plaisir à la pratique (sensation de perdre son temps)

dans un autre débat nous pourrions dire qu'il ya qu'a revoir les limitations de vitesse... transformons donc notre territoire en immense réseau d'autoroutes pour mettre "en phase" le réseau routier avec nos voitures... le voulez vous vraiment?
ça ferait un paysage i2

à noter que la vélomobile est exactement dans cette problématique sur véloroute; il est DANGEREUX de rouler à 40km/h sur une piste prévue pour 15 à 20, d'où la véritable idée de base de la fitnesscar, au lieu de faire des routes pour vélo qui deviendrais aussi monstreuses que des routes pour voiture: adapter la vélomobile aux véloroutes tout en permettant la même qualité d'effort!
Limiter la vitesse pour ensuite ne jamais se traîner.
ça serait mieux en effet que de semer la terreur parmis les promeneurs pour ensuite aller "se scotcher" sur une montée quelquonque.
car contrairement à la voiture à pétrole, la vélomobile va vite seulement si c'est plat. le rapport puissance/poids reste trop faible pour aller vite en monté.

c'est en effet l'idée de pédaler "comme il convient" tout en limitant la vitesse au réseau véloroutier (de Chambéry au lac) qu'il a été imaginé de stocker cette énergie (plutôt que soit freiner, soit "rater" son entraînement) pour débiter le stock d'énergie  dans la prochaîne côte qui vient (le col du chat). par exemple aller à 25 au lieu de 35 sur le plat pour ensuite aller à 20 au lieu de 6 en côte...(grace à l'énergie accumulée sur le plat et les descentes)
 

muscles localement -----faible---------/moderé----/intense---/violent
sédentaire:
métabolisme--faible/moyen/intense/violent/dangereux/
Athlète
métabolisme--------------------------faible/moyen------------/intense/

absolu-----------------quasi-nul--------/moyen----/intense---/compétitif

Ainsi en "pilotant aux sensations" vous vous mettez spontanément dans LE ROUGE
en "modéré" pour les muscles, vous êtes "dans le rouge" sur le plan de l'effort.
aquérir de l'endurance doit obliger à se limiter à un métabolisme global "moyen" (relativement aux capacités)

il faut avoir les optimums "en face"
si on a
muscles localement -----faible---------/optimal---/intense---/violent
métabolisme--faible/optimal/intense/violent/dangereux/
 

on peut obtenir
muscles faible-----/optimal/intense---/violent
métabolisme--faible/optimal/intense/violent/dangereux/

EN LIMITANT le nombre de muscle ou l'amplitude
cadence de pédalage limité, petites manivelles, faire du kayak (seulement les bras).

à fur et à mesure que on a

métabolisme----->-faible/optimal/intense/violent/dangereux/

les muscles suivent en se musclant ce qui permet de conserver les mêmes sensations.
muscles faible---------->/optimal/intense---/violent

ainsi, grouper l'activité sur quelques muscles est préférable dans un premier temps.

dans les pratiques sportives de recherche de performance cette mise en place de l'optimum musculaire en face du maximum cardiovasculaire est permi par la musculation et les fractionnés courts...
QUAND on est arrivé à peu près aux limites de la performance cardio vasculaire et muculaire "naturelles".
l'optimum musculaire doit être "en face" non plus de "l'optimal" en endurance, mais en face de la puissance maximale enviseageable pour réussir le compétition.
la performance globale est alors 10 à 15% supérieure en puissance.

Une telle configuration d'ailleurs est plus difficile à gérer: ainsi, un athlète très entraîné ressemble au sédentaire sur le fait que son optimum musculaire est largement au dessus de ses capacités cardiovasculaire: il doit veiller à gérer son effort pour ne pas défaillir lors d'une course.

la différence est que le sédentaire est ainsi
-/optimum-cardiovasculaire-/----efforts maximaux--/
-----------------/optimum-musculaire--------/--force-maximale--/
---------------|---------------|---------------|---------------|---------------|
               100             200             300             400 watts      500 watts
au lieu de ceci chez l'athlète
-------------------/optimum-cardiovasculaire---/----efforts maximaux--/
------------------/-------------------------/optimum-musculaire------/----force-maximale/
---------------|---------------|---------------|---------------|---------------|
               100             200             300             400 watts      500 watts

Si il gère aux sensations il aura tendance à abuser de "plage 5" c'est à dire aura tendance à trop cumuler de temps avec le coeur qui tape à 90% du maximum. en fait l'athlète ayant plus l'habitude de gérer des efforts au quotidien, il saura doser... à la différence du C-dentaire.

pour aller loin, il y a un peu moins de rendement en endurance (ses muscles sont alors sous employés, et un peu plus lourds) et il faut gérer.
il y a des astuces: par exemple garder l'appui gratifiant mais limiter la cadence (en aviron, mais aussi en vélo)
Un coureur à pieds qui fait de la machine à ramer pour compléter son travail en endurance ramera à cadence 24-25, mais un rameur (plus musclé) à cadence 18 (pour la même puissance donc à niveau égal 40% plus fort)
 

Le travail qui consiste à travailler sa musculature pour passer un niveau de puissance supérieur ne vient donc qu'à la suite d'une acquisition complète de l'endurance  (lors de la saison de compétition)
le fractionné court permet aussi d'accumuler l'expérience, le vécu du geste rapide de la course (cordination)

en fait il y a plus ou moins des palliers à franchir (explication des cycles)
si on reconsidère ceci
-/optimum-cardiovasculaire-/----efforts maximaux--/
-----------------/optimum-musculaire--------/--force-maximale--/
---------------|---------------|---------------|---------------|---------------|
               100             200             300             400 watts      500 watts
il faut d'abord décaler vers la droite  -/optimum-cardiovasculaire-/ au moyen de la pratique de l'endurance (régulier avec cardio) et puis quand ça butte sur la limite dégager de la place en repoussant alors vers la droite /optimum-musculaire--------/ au moyen de la musculation et des fractionnés (efforts intenses par petites doses de durée et en répétition) de sorte qu'il y ait évidémment de nouveau une possibilité de progression.
 
-/cardio---/
----/muscule/----
état sédentaire
---->/cardio---/
----/muscule/----
remise en forme: travail d'endurance
-----/cardio---/
----------->/muscule/----
musculation
-------->/cardio---/
-----------/muscule/----
cycle d'endurance
-------/cardio------>/course/
----------------->/muscule---/----
cycle de force endurance (maintien de l'endurance, élargissement vers le haut par les fractionnés longs, et musculation par fractionnés courts et musculation)