plan du site

Une fausse idée du vélo.

Nous sous estimons largement les performances de ce système de locomotion qui actuellement est resté à peu de chose près sur sa base de 1928, et squate de plus en plus difficilement un réseau routier fait pour les voitures. Il y a de plus des petits obstacles qui pourraient être gommés avec peu de moyens: la protection contre le soleil et la pluie, le passage de pentes fortes, le franchissement des grandes distances: en effet si nous considérions le vélo comme un moyen de transport et que nous adapterions notre société pour l'utiliser, un homme avec son vélo, voir son vélo avec une remorque n'aurait pas plus de difficulté qu'un piéton avec son sac à dos pour utiliser des transports en commun allant de l'équivalent des ascenseurs au trains: la souplesse du vélo pour le déplacement individuel serait associée à l'appoint des transports en commun et ponctuellement de services d'aide pour par exemple franchir une pente forte dans une commune souvent traversée, des systèmes qui coûtent bien moins d'énergie que de laisser tous les gens avec la voiture en guise de seule solution de transport individuel.
Mais dans notre monde tout voiture, le vélo dans les espaces ruraux, et même en ville est un peu comme un piéton isolé, devant se débrouiller pour franchir des distances énormes sans aucun secours ni aide, et ce en plus dans un environnement hostile des lors qu'il s'agit d'emprunter des axes de circulation se rendant au plus direct en direction d'une concentration d'humains, et arrivé à destination se pose le problème de pouvoir poser le vélo. Le vélo est alors très décourageant et difficilement "recyclable" en moyen de transport valable pour se rendre à son travail. Enfin, nous avons affaire à une population qui faute d'activité physique quotidienne ne dispose non pas de 2 à 3 watts/kilo mais de 1 watts/kilo, cette sous puissance, ce véritable symptôme de dégradation des aptitudes naturelles  devenant la norme!!!
Et c'est dans ce contexte que nous ne croyons donc plus au vélo.

et la fitness-car?
Elle est pensé pour justement résoudre certains problèmes du vélo, en le remplaçant ou en le permettant ensuite dans des conditions meilleures!
- confort du carénage surtout l'hiver par temps de pluie. confort thermique et possibilité de transporter des vêtements
- confort thermique associé à la régulation d'effort: puisque la puissance de pédalage tend à être constante, il suffit, après la phase de montée de température de l'organisme, de rester habillé léger
- confort métabolique: apporté directement par la régulation et l'aide à l'effort, mais aussi en tant que retombé par aptitudes physiques meilleurs: si vous faites de la fitness-car l'hiver, le vélo ordinaire sera beaucoup plus agréable l'été car vous aurez une forte puissance en endurance.
- performances meilleures. La fitness-car ne se prétend pas vraiment plus rapide que le vélo en pratique, mais elle peut aller plus vite sur le plat avec l'aérodynamisme, aller plus vite en côte avec les moteurs: aller doucement pour économiser de l'énergie est un choix pour aller lentement mais surement, et sans vider la batterie, mais aller rapidement sur des trajets qui restent dans le rayon d'action permis par la capacité de la batterie reste possible. En vélo en revanche, on n'a pas le choix.
- préparation du terrain dans la logique du vélo
Si la fitness-car se généralisait, elle impulserait l'adaptation du réseau routier selon des critères qui correspondent aussi au vélo: les deux engins ayant des caractéristiques proches ont en effet besoin du même réseau.